Agile, un atout de transformation ?

agile atout de la transformation
agile atout de la transformation

Mesure du succès des équipes Agile : la valeur produite (atout de transformation)

Notre plus grand atout est celui de délivrer un produit, une application utile à nos clients et présentant une ergonomie simple facilitant la prise en main des utilisateurs.

L’Agilité étendue à l’ensemble de la chaîne de valeur de l’entreprise donne au 1er principe du Manifeste Agile tout son panache!

Effectivement Agile est un atout de transformation des entreprises. Les bases du manifeste invite le management à renforcer les concertations entre équipes internes et clients finaux pour produire, mieux, plus vite dans le respect de chacun.

Agile est une invitation à être plus souple, plus réactif et plus créatif.

Encore faut-il accepter de pousser les silos et d’accorder aux équipes l’autonomie nécessaire pour comprendre le sens attaché à la production qu’il délivre.

C’est accordé du temps à l’équipe pour apprendre à se connaître, à connaître son client et à éduquer son management pour qu’ils accordent leurs confiance aux équipes!

Dans ce cas alors, sous les encouragements du management, Agile ou les méthodes Agile comme Scrum, Kanban ou même Lean qui refait une peau neuve permettront aux entreprises de faire des progrès remarquable en matière de productivité, de vitesse de pénétration sur le marché, de satisfaction client comme de satisfaction de l’employé

Les entreprises qui rencontrent des difficultés

Les entreprises qui rencontrent des difficultés sont bien souvent dû au manque de connaissance des dirigeants. Ces derniers persistent à maintenir un management autocratique dans lequel les méthodes de management traditionnel s’opposent au bon fonctionnement des valeurs Agile.

C’est un peu comme dans le mécanisme d’équilibre des marchés du bien célèbre économiste John Meynard Keysne qui récuse l’idée alors dominante qu’une économie de marché se régule spontanément pour atteindre le plein emploi de ses ressources. Keynes notamment dénoncent le fait que les acteurs ne font pas toujours les bons choix, et insiste sur le fait que l’individu thésaurise pour se prémunir contre l’avenir et se rassurer.

Il en va de même dans une entreprise, les dirigeants ne font pas toujours le bon choix et les employés se sclérosent pour se maintenir à leur poste malgré leur désintérêt profond pour leur tâche, qui a en subir les conséquences, celles du bore-out.

Reprenons les principes fondamentaux de Scrum

Scrum est la méthode Agile la plus connue et répond à un principe de fonctionnement simple : l’entreprise pour se saisir d’un marché désigne une équipe de 3 à 9 personnes pour pénétrer le marché. L’équipe comprend les compétences nécessaires, s’auto-organise et est responsable de la bonne réalisation de ses tâches. Il revient à l’équipe de transférer au client la valeur produite.

L’équipe reçoit directement le feedback du client et ajuste en temps réel le produit. La satisfaction du client apporte de la valeur et du sens au travail fourni, et donne ainsi le sourire à l’équipe fière de la valeur livrée.

Cependant le management autocratique confond bien souvent Agile et chaos. Le dirigeant intervient donc trop tôt pour réguler la production et augmenter la rapidité d’exécution des équipes. Le dirigeant se transforme en tyran, ou reste dans une position de statu quo empêchant alors les équipes de prendre confiance en eux. Le contact avec le client est rendu impossible. Les équipes ne livrent pas. C’est l’enfer.

Les essais Agile ne sont pas transformés. La production est erratique bousculée entre production traditionnelle et tentative Agile avortée. Nous sommes bien face à cet idée que le marché ne s’autorégule pas de lui-même! C’est l’échec, et un retour en arrière peu favorable pour tous.

Les conditions de succès pour que Agile soit un atout de la transformation de l’entreprise

Dans mon retour d’expérience, Pourquoi les employés aiment Scrum et pas les patrons voici les conditions de succès que j’ai rencontré: 

  • Apprendre comment fonctionne les méthodes Agile. Le Lean sera choisit par exemple pour résoudre un problème existant, et Agile pour expérimenter en temps réel.
  • Démarrer modestement et laisser faire le bouche-à-oreille, c’est la clef du succès. Les équipes se refilent les bons tuyaux et adoptent en fonction du contexte la méthode la plus pertinente.
  • Favoriser la remontée d’information et valoriser cette remontée terrain

Et vous, avez vous vécu une expérience Agile à l’échelle réussie ?

[ Article lu 2 fois aujourd'hui ]
A propos Dominique POPIOLEK-OLLÉ 8 Articles
Dominique popiolek-Ollé, Agile Executive Coach, Fondatrice de In Imago, conseil en management et transformation digitale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.