Faire de la prédictibilité en Scrum

predictibilite en scrum
predictibilite en scrum

Sujet évoqué en vidéo sur La Minute Agile : comment faire de la prédictibilité en Scrum ? Voici un article qui vous donnera des pistes pour  vous aider dans votre prédictibilité.

Sachez que vous pouvez retrouver toutes ces notions sur le framework « framing agile » qui permet de lancer des projets 100% en agile à partir d’une simple idée.

Vous pouvez regarder la vidéo de la minute agile sur le sujet :

Nous allons voir deux type de prédictibilité en scrum :

  • la prédictibilité à cours terme
  • la prédictibilité à long terme

Prédictibilité en scrum à court terme

Les équipes scrum en général utilise le concept de vélocité pour réaliser de la prédictibilité à cours terme. 

La vélocité

La vélocité d’un sprint représente le nombre de point d’effort (ou jours idéaux) total de l’ensemble des éléments qui sont terminés à 100%.

Rassurez-vous, le calcul de la vélocité est très simple à réaliser. Voici un exemple en image d’un board en fin d’un sprint :

calcul de la vélocité
calcul de la vélocité agile – en rouge les points d’effort de chaque demande

En fin de sprint, nous prendrons les points d’effort de chacune des demandes en « done » et nous les additionnerons. Nous obtenons ainsi la vélocité du sprint qui se termine.

Pour en savoir plus, aller lire notre article dédié à la vélocité (lire l’article).

Déterminer la capacité de faire

Grâce à la vélocité, il sera possible de déterminer la capacité de faire de l’équipe lors du prochain sprint. Pour cela, nous allons prendre la moyenne de la vélocité des 3 derniers sprint.

Il est tout a fait possible d’utiliser un graphique de la vélocité de l’équipe pour vous aider :

Graph de vélocité
Graph de vélocité

Cependant petit rappel important ! Si ce calcul de la capacité de faire permet au product owner d’avoir une idée du contenu des prochains sprints, il faut toujours laisser l’équipe de réalisation valider leur capacité de faire au début de chaque sprint.

Article : Laissez vos développeurs choisir leur capacité !

Vous en déduirez d’ailleurs que si vous n’avez pas encore 3 sprints, la capacité de faire de l’équipe de réalisation sera déterminée par elle-même !

La prédictibilité en scrum à long terme

Avant même d’entrer dans le vif du sujet, n’oubliez jamais : par défaut, une estimation est toujours fausse. Si la prédictibilité aidera à avoir une vision plus claire du futur du produit/service que nous désirons réaliser, n’oublions jamais que ce plan peut évoluer.

Voici quelques pistes pour faire une prédictibilité à long terme si votre entreprise ou le contexte vous l’impose. Il existe d’autres méthodes, il n’y a pas une unique bonne façon de faire.

Définir les éléments à réaliser

Bien que ce soit de façon macro, je ne peux que vous conseiller d’avoir une première vision générale de ce que vous aimeriez réaliser pour ce besoin de prédictibilité. La pratique plus connue actuellement, est celle du story mapping (voir l’article complet).

Voici à quoi cela ressemble rapidement quand on utilise un mur et des post’it pour faire cet atelier :

story mapping priorisé
story mapping priorisé

Estimation massive des éléments

Pour avoir les indicateurs nécessaires pour faire la prédictibilité désirée, vous pouvez utiliser une pratique d’estimation de masse. Je vous recommande d’utiliser l’Extreme Quotation mais il est tout a fait possible d’utiliser aussi le Bucket System moins connu dans l’univers anglophone.

Cette estimation de masse se fait en moins d’heure et reste estimative car les éléments à estimer ne sont pas détaillés. Mais l’objectif de la prédictibilité n’est pas de créer un plan solide (ce qui serait utopique) mais de partager une vision pour d’éventuels besoins de l’organisation.

Prédictibilité avec le Burnup Chart

Un graph très connu en scrum permet réellement de faire de la prédictibilité : le burnup chart (lire l’article).

Voici un exemple de burnup chart :

burnup chart
burnup chart

Grâce à celui-ci, nous pouvons prédire (courbes grises en pointillées qui se rassemblent) une date de livraison du produit/service.

La courbe rouge est la somme des vélocités de chaque sprint parcourus.

La courbe bleue est la somme des points d’effort des éléments que nous aimerions avoir dans cette livraison. Rappelons qu’un backlog est dynamique est que cette courbe bleue n’est jamais linéaire.

Si je parle de livraison, il est possible également d’utiliser cette pratique lorsque nous réalisons de la livraison continue ; par exemple : donner une date approximative au service marketing pour le lancement d’une campagne publicitaire au moment ou l’avancée semble suffisante.

Conclusion prédictibilité en Scrum

Vous pouvez également utiliser le cycle time pour faire de la prédictibilité mais ce concept est plus complexe à mettre en oeuvre. N’hésitez pas à lire notre article sur cet autre concept pour faire de la prédictibilité : prédictibilité avec le cycle time.

[ Article lu 1 fois aujourd'hui ]
A propos Judicaël Paquet 607 Articles
  Paquet Judicaël (coach agile et devops sénior) Mes activités en France et en Suisse : - architecte de transformation agile - formations agiles personnalisées - sensibilisations et coaching de manager - audits de maturité agile et de situations - coaching agile (équipes, orga, product owner, scrum master, coach agile) Spécialités : scrum, kanban, management 3.0, agilité à l’échelle, lean startup, méthode agile. [Suisse/France]

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.