La Job Story à la place de la user story ?

job story
job story

Le terme de Job Story est quasiment inconnu en France mais propose pourtant une alternative qui pourrait en intéresser certains. Qu’est-ce que la Job Story ?

Il est vrai que la user story est devenu une norme des items du scrum mais connaitre les alternatives est toujours intéressant. Ces alternatives pourraient potentiellement intéresser vos équipes.

La Job Story

Pour commencer, la Job Story est une façon d’écrire un item en se basant sur des scénarios. C’est une approche différente des user stories qui s’est fait connaitre en 2013.

La Job Story propose de partir du déclenchement d’une action, puis de l’attente pour aller vers le but à atteindre. Certains reconnaitront d’ailleurs une approche assez proche de celle des tests d’acceptances.

Au lieu de se baser sur le persona comme le fait les user stories classiques, la job story va plutôt se baser sur des scénarios. Certains se sentent plus à l’aise avec cette façon de procéder.

When _____, I want _______, so I can ______
Quand ______, je veux ________, alors je peux _______

Est-ce que cette méthode est meilleure que l’utilisation de user stories ? Pour ma part, je pense que les deux approches sont intéressantes. Cependant, il est vrai que l’utilisation de la user story aujourd’hui est très bien maîtrisée dans les communautés agiles; vous trouverez donc plus d’aides efficaces sur ces dernières.

Definition of Ready ? Definition of Done ?

Pour avoir de bonnes user stories, on met en place la notion de Definition of Ready (Dor) et Definition of Done (Dod). N’hésitez pas à aller voir mon article sur le sujet si vous ne connaissez pas ces concepts :

Article : Definition of Done (DOD)

La job story peut parfaitement avoir également sa definition of ready et sa définition of done. Ce serait même très recommandé afin d’avoir un cadre clair et partagé par tous.

La notion d’INVEST dans les Job Story ?

La notion d’INVEST (Independant, Negociable, Valuable, Estimable, Smallable, Testable) fonctionne également sur la Job Story bien que la notion d’indépendance n’est pas simple à adopter car on parle de scénarios indépendants des uns des autres.

Ce type d’items étant peu utilisé, vous ne trouverez aucune info de cette notion d’indépendance ; je n’ai nul doute que vous saurez vous roder au fil de vos projets.

N’hésitez pas à aller voir l’article qu’on avait écrit sur l’INVEST pour bien le comprendre.

Article : Qu’est-ce une user story INVEST ?

Conclusion Job Story

J’espère que ce petit article vous permettra de découvrir une nouvelle façon de faire qui peut être vous aidera dans le futur. L’approche est intéressante et mérite qu’on la connaisse.

[ Article lu 1 fois aujourd'hui ]
A propos Judicaël Paquet 516 Articles
  Paquet Judicaël (coach agile et devops sénior) Mes activités en France et en Suisse : - architecte de transformation agile - formations agiles personnalisées - sensibilisations et coaching de manager - audits de maturité agile et de situations - coaching agile (équipes, orga, product owner, scrum master, coach agile) Spécialités : scrum, kanban, management 3.0, agilité à l’échelle, lean startup, méthode agile. [Suisse/France]

2 Commentaires

  1. Oui …. à la première lecture d’un article de Alan Klement sur les jobs stories, celles ci me paraissaient plus pertinentes que les user stories. En deuxième lecture, je suis moins d’accord surtout quand aux raisons invoquées où la forme des stories bloquerait la possibilité de remonter aux finalités (Why ?) Je ne vois pas en quoi il y a blocage puisque la finalité fait l’objet du segment « So that …. ». Autre raison, le « As a ______ » ne serait pas pertinent (irrelevant) car on y placerait un persona. Heu …. pour moi il s’agit d’un rôle à indiquer (et donc un périmètre de responsabilité) et non d’un persona et le fait de recourir à un rôle devient bigrement pertinent. Le seul bémol, pour moi d’une user ou job story serait plutôt dans le « I want to » ; il serait plus pertinent de « I need to » qui vient renforcer la finalité. Auquel cas une forme composite (plus orientée usage) qui serait pertinente serait « As a , When , I need to in order to « . Cette forme doit pouvoir réconcilier les UX et BA (Business Analysts).

  2. On peut s’accorder un peu de liberté dans la redaction des u.s, Dans le pratique, j’aime rédiger un use case comme je le sent, en fonction du contexte ou de l’humeur du jour.
    « En me promenant » sur le dashboard, « Je veux » sélectionner mon profil, « afin d’avoir » un service personnalisé.
    « Quand je suis sur » le moteur de recherche, « je peux » sélectionner mon profil « et » avoir un service personnalisé.
    « Dans la partie » recherche, « je dois » sélectionner mon profil « pour » avoir un service personnalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.