Coach agile, quand partir de son coaching ?

Ecrit par << Paquet Judicaël >>

Une question qui revient régulièrement mais à laquelle il est assez difficile de répondre en réalité est : coach agile, quand partir de son coaching ? En effet, il n’est pas toujours évident de dire « STOP » sur un coaching.

Partir de son coaching et savoir dire « STOP »

En effet dans le coaching agile, il y a un moment où le coach agile doit savoir dire « STOP ». Si la plupart des coachs agiles en ont conscience, la question serait plutôt de savoir « QUAND » devoir dire « STOP » ?

Et quand on regarde en détail, la réponse n’est vraiment pas si simple car cela va vraiment dépendre du contexte voire des objectifs de la transformation.

L’équipe ou l’entreprise est 100% agile

C’est assez rare, mais il est vraiment très agréable de devoir dire : « Inutile que je continue de vous accompagner, vous êtes agiles, vous savez vous améliorer et tester de nouvelles pratiques, je ne vous servirais plus à grand chose ».

J’ai dû arrêter l’accompagnement d’un de mes clients que j’appréciais particulièrement de cette façon l’année dernière car ma présence allait devenir inutile sur mon rôle de coach agile/lean startup. Cependant ces cas là ne sont pas les plus fréquents que le coach agile rencontre.

Ce n’est pas évident à faire mais le coach agile doit mettre fin à un accompagnement si l’équipe voire l’entreprise est devenue totalement agile. Il pourra revenir de temps en temps pour vérifier que tout va bien et pour éventuellement offrir quelques conseils.

Coaching d’équipe à la capitalisation insuffisante

Dire « STOP » n’est vraiment pas facile surtout quand le coach agile côtoie une équipe depuis quelques temps. Cependant, une équipe doit-elle être accompagnée pendant des mois ?

J’ai rarement vu des coaching d’équipe devenir performant qu’après six mois (pour ne pas dire jamais). Dans les deux premiers mois, le coach agile connait la capacité d’agilisation de l’équipe ; persister alors que les deux premiers mois d’accompagnement étaient presque nuls n’a aucun intérêt.

Certains coachs agiles vont tenter le tout pour le tout en espérant que chaque pas minuscule est une évolution positive malgré tout… Mais ne doit-on pas plutôt privilégier dans ce cas de sortir du coaching pour faire grandir une autre équipe ?

En effet dans les grands groupes, il ne faut pas hésiter à dire « STOP » et préférer aller capitaliser sur d’autres équipes peut-être plus ouvertes à l’agilité.

Parfois, les coachs agiles doivent savoir dire « STOP » aux accompagnements d’équipes ou imposer de travailler sur d’autres facteurs qui sont à l’origine des maux que rencontrent toutes les équipes : processus trop lourds, managers trop directifs… Les coaching d’équipes peuvent très peu capitaliser si les conditions autour de ces équipes sont très peu favorables à l’agilité.

Cependant, il sera très difficile de faire accepter dans certaines grandes entreprises de travailler à la source des problèmes de l’agilité en abandonnant le coaching d’équipe temporairement si l’objectif est d’agiliser un maximum d’équipes de l’entreprise.

Ne pas laisser les objectifs et l’argent mener la danse

Le plus dur pour le coach agile est de ne pas laisser l’argent, la période d’essai ou l’envie d’être posée décider de la suite ou non d’un coaching… Il est parfois difficile pour certains coachs agiles de se mettre en danger en disant « STOP ».

Les coachs agiles qui sont salariés semblent avoir plus de mal à oser dire les choses ; il est vrai que dans les transformations qui ne se passent pas bien, il faut un véritable courage pour ne pas aller dans le sens de la direction.

Conclusion  – partir de son coaching et savoir dire stop

Malgré les situations, malgré la difficulté de le faire, un coach doit savoir partir de son coaching en disant « STOP » si le besoin s’en fait ressentir. Avez-vous connu une situation ou dire « STOP » était compliqué ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *