Anti-pattern de la sprint retrospective à éviter !

Ecrit par << Paquet Judicaël >>

Attention de ne pas tomber dans les anti-pattern de la sprint retrospective qui sont souvent très mauvais pour les équipes Scrum. Nous allons profiter de cet article pour les lister afin que vous évitiez constamment de rentrer dans ces anti-pattern avec vos équipes.

La #NoRetro

L’équipe décide de ne plus faire de rétrospective car elle estime qu’elle a atteint un niveau de fonctionnement proche de la perfection. C’est une erreur à ne pas commettre car le contexte change constamment et l’équipe finira par baisser en productivité.

La seule chose que nous pourrions tolérer pour les équipes non 100% scrum est de faire de la Reflection : un rendez-vous en équipe pour traiter un problème quand il arrive.  C’est une pratique utilisée en Crystal Clear (autre méthode agile) qui est très intéressante.

Article : Qu’est-ce que le Crystal Clear ?

Dispense de certaines rétrospectives

Il arrive parfois de voir des équipes qui tentent de finir un sprint en cours en s’épargnant la tenue de la Sprint Retrospective en cas de retard sur les items prévus pour le Sprint.

C’est un vrai anti-pattern car le retard n’est pas si grave en Scrum et si jamais ça l’était pour le reste de l’entreprise qui n’a pas encore bien compris la philosophie agile, ça serait justement le moment de faire un point pour savoir pourquoi ça n’a pas marché comme prévu.

Accélérer la rétrospective

Parfois le contexte de certaines entreprises impose d’accélérer la rétrospective (ou certains Scrum Master se sentent obligés de le faire). Il faut toujours garder un format stable de la rétrospective (1h pour des sprint de 2 semaines) afin d’être sûr d’avoir bien pris le temps pour faire le tour des axes d’amélioration possibles et/ou d’avoir analysé la santé de l’équipe.

Des fuites à l’extérieur

Il est très important que l’équipe soit en confiance donc tout ce qui est dit lors de la rétrospective ne doit pas sortir de l’équipe. Même pour résoudre des problèmes, il ne faut jamais donner d’information d’un membre de l’équipe à des membres extérieurs de l’équipe.

Il est vraiment important de bien comprendre que l’équipe est une seule voix et que les confidences individuelles resteront au sein de l’équipe. Si les membres de l’équipe perdent confiance, la rétrospective ne sera plus autant efficace.

Pas de victimisation

Il ne faut jamais cibler une personne en question lors d’une rétrospective. Si cela commence à se faire sentir, le Scrum Master doit mettre un terme immédiatement à cette pratique.

On ne cherche pas de coupable, on cherche des solutions lors de la rétrospective. Dans le monde de l’agilité, l’erreur est humaine donc il n’y a jamais de raison valable de critiquer un membre de l’équipe.

Pas d’action non SMART

Comme vous devez le savoir, les actions doivent être SMART ; SMART est l’acronyme de S – spécifique, M – mesurable, A – achievable (réalisable), R – relevent (pertinent), T – timeboxé (ou estimé en point d’effort).

Si vos axes d’amélioration ne suivent pas ses règles, ils resteront en place trop longtemps et donneront l’impression à l’ensemble de l’équipe que les rétrospectives sont pas si utiles que ça.

Aucun responsable des axes d’amélioration

Attention à bien nommer un responsable pour chaque axe d’amélioration afin qu’on s’assure que chacun d’entre eux soit bien mis en place. lorsqu’on ne définit pas de responsable pour ces axes d’amélioration, on les voit souvent rester dans la colonne « Todo ».

Pas de suivi des anciennes actions ?

Le Scrum Master doit faire un point rapide de chaque axe d’amélioration décidé lors de la précédente rétrospective pour rappeler si ceux-ci ont avancés ou non.

Ne pas le faire donnera une impression à l’équipe de passer du temps inutilement en rétrospective ; c’est évidement une situation à éviter à tout prix.

On ne veut pas du Product Owner

Attention à ne pas exclure le Product Owner de la rétrospective car il est censé faire parti de l’équipe Scrum. En effet, nous voyons parfois les Product Owner se situer côté métier mais il est important de tenter de les rallier au maximum à l’équipe.

C’est ennuyeux et une perte de temps

Il faut faire très attention à ne pas répéter le contenu de chaque rétrospective au risque d’ennuyer l’équipe avec un format monotone. La rétrospective doit constamment changer de format pour être attrayante et ne pas donner une impression de perte de temps à certains membres de l’équipe.

Evitons les prisonniers de la rétrospective

Quand certains membres se sentent prisonnier de la rétrospective (soit une impression d’être présent par obligation), il faut faire une rétrospective particulière du type « Pourquoi sommes-nous là ? » pour diminuer ce sentiment d’enfermement.

On fera la rétrospective le prochain sprint

Il ne faut évidemment pas louper une rétrospective en se disant qu’on la fera dans le sprint suivant même si un membre de l’équipe absent ce jour là ne veut pas louper la rétrospective.

Une rétrospective se fait toujours en fin de sprint à chacune des itérations.

Un manager est présent

Il ne faut jamais amener des membres extérieurs à l’équipe et surtout pas des managers. Cela bloquera certains membres de l’équipe et rendra la rétrospective inutile.

Conclusion

Evitez de faire ces anti-pattern de la sprint retrospective si vous voulez avoir une bonne amélioration continue de votre Scrum et de votre contexte. En espérant que cet article vous aidera à l’avenir.

Une pensée sur “Anti-pattern de la sprint retrospective à éviter !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.