Suivre l’avancement d’un projet avec le Burnup Chart

Ecrit par << Paquet Judicaël >>

Il existe un graphique en Scrum qui est utilisé pour suivre l’avancement d’un projet dans sa globalité : le Burnup Chart. Nous allons voir comment l’utiliser et ce qu’il peut nous permettre d’analyser.

Pour les nouveaux dans le monde Agile, sachez que ce graphique est régulièrement utilisés dans les projets Scrum.

Qu’est-ce que le Burnup Chart

Le Burnup Chart est un graph qui part du bas pour aller vers le haut qui permet d’analyser l’avancement du travail réalisé par rapport à la globalité du projet prévu.

Sur l’axe vertical, nous comptons le nombre total de complexités (ou éventuellement le nombre de demande si vous n’êtes pas assez avancé dans l’estimation des tâches) et sur l’axe horizontal chaque itération.

Sur ce graphique, nous avons une première courbe représentant la somme des complexités de tous les tickets 100% terminé à chaque itération et nous avons une deuxième courbe bleue représentant la somme des complexités de l’ensemble des tickets du backlog.

Burnup Chart
Burnup Chart

Comme vous pouvez le comprendre, la courbe rouge ne peut pas redescendre car un travail terminé ne change plus d’état.

En général on met à jour notre Burndown Chart à chaque fin de Sprint.

J’ai déjà vu des équipes Agile calculer en nombre de ticket et non en somme de complexité ; je vous avoue que ma part, je recommande plutôt de prendre la sommes des complexité car cela a plus de sens.

La courbe bleue révélatrice

La courbe bleue est souvent révélatrice d’un certain nombre de choses et parfois sa tendance peut en surprendre plus d’un.

Cet article n’a pas pour but de dire ce qui est bien ou pas bien (au niveau des pratiques agiles) mais de bien comprendre ce qu’on peut déduire d’un suivi avec un Burnup Chart.

Une courbe descendante ?

Certains crieront au scandale, d’autres diront que tout est possible mais dans quelques cas, nous pourrions voir la courbe bleue redescendre. Pourquoi ?

Si ce cas est très rare, il arrive parfois que les équipes prennent la décision de faire un nettoyage du backlog car certaines entreprises font du backlog, une grande boite à idée qui ne pourra jamais être intégralement réalisée (un backlog qui n’est pas dédié à un projet en particulier). Cependant la tendance est toujours à la hausse dans la plupart des cas.

En général on décide d’ailleurs de faire ce grand nettoyage quand la courbe bleue monte constamment plus vite que la courbe rouge ; on est à ce moment là dans un phénomène fréquent où les demandes affluent plus vite que la capacité à produire.

Quand on prend la décision d’un grand nettoyage de printemps, on peut s’apercevoir que certaines idées sont obsolètes et que d’autres ne seront juste jamais réalisées. Autant se débarrasser de ces user-story.

Indicateur d’agilité ?

Cette courbe bleue est vraiment révélatrice de nombreuses choses. Si la  courbe bleue est totalement horizontale, on pourrait s’inquiéter de l’agilité du projet.

Un projet Agile est un projet qui s’incrémente à chaque itération et qui s’améliore de jour ou en jour. Donc si la courbe bleue est horizontale, c’est que le projet reste identique du début jusqu’à la fin et qu’il n’a rien d’agile.

Une courbe qui monte d’un coup

Parfois dans les projets, le Product Owner fonctionne par des itérations fonctionnelles (Lean Startup) qui fait qu’il fait évoluer le projet tous les 2 mois.

Conclusion

Relativement simple à maintenir, le Burnup Chart est un bon indicateur pour suivre un projet sur le temps. N’hésitez pas à le mettre au mur et à le faire évoluer à la main (management visuel).

Une pensée sur “Suivre l’avancement d’un projet avec le Burnup Chart”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.